Home

ÉLECTIONS 2019 -

infographic

INFOGRAPHIE


Education_Wallonie_FR

QUELLE EST NOTRE POSITION ?

En Wallonie la digitalisation aura un impact considérable mais positif sur le marché du travail, à condition que nous soyons capables de relever les défis et les opportunités que cela représente. Si de nouveaux efforts ne sont pas consentis, 152.000 offres d’emploi risquent de ne pas être pourvues en Wallonie à l’horizon 2030 ainsi que 84.000 à Bruxelles.

L’évolution technologique revêt une ampleur et une vitesse considérable : tous les métiers subiront – ou subissent déjà – des transformations. Une adaptation plus rapide et plus consistante de l’offre d’enseignement et de formation devient une nécessité si notre société et notre économie veulent rester – ou entrer- dans la course.

Les pénuries de main d’œuvre frappent de manière structurelle l’industrie technologique, et plus particulièrement les études et métiers technologiques, industriels, numériques. Ce constat peut paraître paradoxal dans une région où le chômage est persistant et où par conséquent des réserves de main d’œuvre devraient être disponibles. Il convient donc d’intensifier les efforts d’orientation vers les études et emplois correspondant à ces pénuries de main d’œuvre, et ce tant au niveau de l’enseignement (élèves et étudiants) que de la formation professionnelle (demandeurs d’emploi).


QUELLES SONT NOS RECOMMANDATIONS CONCRÈTES ?

  • Organiser une réelle éducation technologique et formation polytechnique pour tous les élèves dans l’enseignement obligatoire et ce dès le plus jeune âge
  • Intensifier la revalorisation de l’enseignement qualifiant et des métiers techniques/technologiques qui doivent faire l’objet d’un choix positif.
  • Renforcer l’activation des demandeurs d’emploi et l’orientation des élèves/étudiants avec des mécanismes plus incitatifs (voire contraignants) d’orientation vers les filières d’études et de formation correspondant aux métiers en pénurie
  • Généraliser les stages dans l’enseignement et encourager l’alternance (en entreprises, en centres de compétences, auprès de tout employeur public/privé/non marchand)
  • Revoir le système de soutien vers un mécanisme simple de réduction ONSS « formation » pour le congé formation et crédit formation et un mécanisme de primes plafonnée pour le soutien à l’investissement
  • Optimiser l’offre d’enseignement et de formation en visant une masse critique suffisante
  • Garantir un financement structurel et maintenir une indexation de l’intervention du Forem pour la formation des demandeurs d’emploi dans les centres de compétences
Close Menu
WordPress Video Lightbox Plugin